Les connaissances des étudiants sur le SIDA et les MST restent encore faibles
Les connaissances des étudiants sur le SIDA et les MST restent encore faibles

La plupart croient que les étudiants sont les premiers alertés par les maladies sexuellement transmissibles ou encore par le virus du Sida, mais ils sont bien loin des connaissances escomptées. Selon une étude effectuée au sein de l’Université de Hesselt et de l’Université de Gand, il a été constaté que les connaissances des étudiants en terme des MST et VIH devaient sérieusement être perfectionnées.

Sophie Degroote, auteure de cette recherche, a approché 450 étudiants à qui elle a présenté une soixantaine d’affirmations. Plusieurs étudiants ont présenté des lacunes dans les interprétations des sujets. Sur les 450 étudiants, 6/10 croyaient que les moustiques étaient un moyen de contamination pour le virus du sida. Un étudiant sur 5 croyait que les antibiotiques étaient un moyen de prévention contre le VIH. 300 personnes ne savaient pas que le lait maternel pouvait transmettre le VIH à l’enfant allaité.

Contrairement à ces lacunes, les étudiants savaient que la grossesse, l’accouchement ou encore la réutilisation d’une aiguille étaient un moyen de transmission du virus. Ils étaient également conscients de l’importance de l’utilisation de préservatif qui reste très efficace pour la protection de tout virus transmissible.

Il a été relevé suite à cette étude que l’expérience sexuelle avait également un rôle important dans l’information surtout lorsqu’il s’agit des MST. Les étudiants ayant déjà eu des relations sexuelles sont plus informés sur le sujet par rapport aux personnes inexpérimentées dans le domaine. Ils ont plus de connaissances sur les risques qu’ils peuvent encourir suite aux rapports sans aucune protection. Selon des informations de Belga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here